Coûts et prix

Avantage des génériques en matière de prix

Les médicaments génériques sont nettement moins coûteux que les préparations originales. Selon le médicament, le dosage et la taille de l’emballage, la différence de prix entre les génériques et les préparations originales varie 30 à 70 %.

Quote-part

L’introduction de la quote-part différenciée au 1er janvier 2006 (20 % pour les préparations originales, 10 %  pour les génériques) a d’abord accéléré la croissance du marché des génériques. La mise à disposition ultérieure des préparations originales en vente libre a clairement cette dynamique. De nombreux fabricants de médicaments originaux ont baissé leurs prix au niveau théorique des médicaments génériques pour s’affranchir de la quote-part élevée. Avec une baisse des prix unique au « niveau théorique des génériques », la quote-part des préparations originales tombe également à 10 %. Néanmoins, avec la dynamisation de la quote-part différenciée introduite en 2011, ce privilège est désormais limité à 2 ans.http://www.medikamente.concordia.ch/

Comment sont fixés les prix des médicaments génériques ?

À l’échéance du brevet, les prix des préparations originales  sont soumis à une comparaison tarifaire internationale et ajustées au niveau de prix européen. Le prix des génériques dépend du prix des préparations originales en Suisse, après l’ajustement tarifaire avec l’étranger. Ainsi, les génériques suisses sont également soumis à une comparaison indirecte avec l‘Europe. Lors de leur mise sur le marché, les génériques en Suisse doivent être jusqu’à 60 % moins chers que la préparation originale correspondante ; dans le cas des produits originaux peu rentables, affichant un chiffre d’affaires annuel de 4 millions de francs suisses max., l’écart admis est de 10 %.

Médicaments « discount » – un danger pour les patients ?

Le Conseil fédéral souhaite baisser les prix des médicaments et introduire des prix de référence pour les médicaments non brevetés. À l’heure actuelle, le médecin a la possibilité de distribuer le médicament le mieux adapté.
À l’avenir, les caisses d’assurance maladie devront décider de la part de remboursement des médicaments. Si le médecin et le patient optent pour un médicament onéreux, le patient prend en charge la différence ou accepte la prise d’un médicament moins cher. Les médecins, les entreprises pharmaceutiques et les patients craignent l’apparition d’une médecine discount et s’y opposent.